La classe Micro a 40 ans

Créée en 1977 par la revue Bateaux, la classe Micro a atteint la force de l’âge. Cette classe regroupant les voiliers habitables de 5,5m de long a réussit au cours des années à conserver sa nature fondatrice : associer les bateaux de série aux prototypes dans des compétitions communes, en conservant un budget abordable. Ainsi, réparties sur trois catégories (Proto, Régate, Croiseur), les carènes modernes des Proto récents full carbone concurrencent les Croiseurs d’ancienne génération tels que First 18 ou Corsaire, ou les Régates toujours aussi sportifs comme les Neptune.

L’année 2017 a montré une participation record tant lors du Mondial à Annecy avec 68 bateaux, que lors du Tour de France Micro avec 226 participants. Ce succès s’explique peut-être par son attractivité budgétaire, permettant un ticket d’entrée en adéquation avec les réalités économiques dont souffre la plaisance, mais aussi surement par sa capacité à regrouper autours de trois bouées et parcours côtiers les régatiers issus de tout horizon. Les équipages âgés de 7 à 77 ans regroupant parfois trois générations familiales côtoient les anciens champions du dériveur ou du catamaran. Chacun y trouve son compte. Certains Micro réagissent comme de gros dériveurs, imposant une discipline stricte comme la navigation à plat, les virements bascule et tenues de spi sportive et sans tolérance. D’autres Micro permettent de naviguer en toute sécurité et sont aussi utilisé par les équipages pour faire de véritables croisières côtières estivales en famille. Pour permettre à tous de bénéficier des podiums et de ne pas abandonner sur les parking à bateau les anciennes génération, la Micro Class France a créé une nouvelle catégorie : les Origine. Celle-ci permet aux unités dont le groupe Osiris est inférieur ou égal à 6 de se départager et de rester compétitifs entre eux. Les plus compétiteurs en ont profité pour moderniser leurs vieilles montures avec un jeu de voile moderne et ainsi éviter de se faire trop distancer des Proto en Carbone sur les lignes d’arrivée.

Le Mondial Micro à Annecy au moins d’août a démontré encore une fois le dynamisme de la classe en regroupant 68 Micro. Les équipages polonais disposants de sponsor, d’équipiers en préparation olympique et de Proto dernier cri ont montré leur suprématie devant des équipages français disposant de Proto âgés de 20 ans. Dans la catégorie Croiseur, disposants d’armes égales, les français ont su montré qu’ils pouvaient rivaliser contre des équipages mieux dotés financièrement. Pour leur première participation, les argentins avaient loué un bateau en France. Ils se sont illustré plus particulièrement en apportant une touche latine à l’ambiance sur les pontons. Et c’est cette ambiance qui fait aussi la réputation du Micro. Sur l’eau, pas de quartier, la rivalité est forte et personne ne lâche bord à bord, ou aux passages des bouées. Mais cette concurrence est orchestrée par un fort faire play qui anime les équipages, n’hésitant pas à préférer réparer sur l’eau plutôt que de passer son temps sur le tapis vert à terre. Peut-être pour pouvoir au plus vite s’expliquer autours d’un verre. Moment privilégié où les différents se résolvent autours de discussions où le jury est parfois pris à parti, mais aussi autours des meilleurs régatiers qui n’hésitent pas à divulguer leurs astuces et promulguer des conseils, conversations sérieuses qui tournent vite en récits rocambolesques chers aux plaisanciers.

Mais 2017 est aussi l’occasion pour la classe Micro de rajeunir son bureau. Les acteurs historiques ont cédé leur place à une équipe rajeunie, composée de compétiteurs motivés pour donner une nouvelle dimension à la classe Micro. Tout en désirant conserver les recettes qui font le succès de cette Classe, de nouveaux objectifs sont en gestation pour propulser la Classe Micro dans la course effrénée qui renouvelle le paysage de la régate. Il n’est pas question de sombrer dans une course à l’armement, mais de réfléchir à motiver le plus grand nombre autours d’un budget raisonnable dans un souci de performance lors des régates. Objectif qui est la nature de la Classe Micro depuis 40 ans.

Share Button

Quelque chose à dire ?