Flyer 550 ? Fallait pas l’essayer !!!

Délégué par mon Président de club, me voilà livré à moi-même pour vous parler bateau et, plus précisément, du Flyer.

Mais difficile de vous en parler de but en blanc sans vous expliquer pourquoi et comment je suis devenu l’heureux propriétaire de l’un d’entre eux : Zaba.

C’est l’histoire courte d’un proche retraité venu tardivement à la voile, mes débuts remontent en effet à septembre 2006, date de mon entrée au CVVX avec, comme seul bagage, un bon vieux Microsail, version dériveur lesté tout fraîchement acquis. Heureux ! Mais à ce moment là, je ne me doute pas qu’un virus tenace me guette déjà, il s’appelle « la régate ».

Avant même de savoir comment cela FRA37707-zaba1marche, j’ai la chance d’embarquer sur « Plume »,  le Microsail de Jacques Pottier, encore au club à l’époque.

Première régate, première victoire !!! La coupe et tout et tout, sauf que mon plus gros effort ce jour là, a été de me faire oublier…
Très vite, je réalise que mon bateau est loin d’être le concurrent du Microsail de référence.

J’en tire les conséquences, avec l’aide de nombreux conseils avisés, je me mets sérieusement au boulot et je pompe tout ce que je peux : plan de pont, accastillage, mât, voiles, mode d’emploi… avec quelques résultats encourageants à la clé mais, hélas, sans réussir à percer le talent de Jacques !

 

Mon premier essai du Flyer 550

FRA37707-zabaBref, le virus s’installe « grave » (comme disent les jeunes). En 2012, un autre concurrent de talent, bien connu de la classe Micro, Philippe Benaben, vient d’acquérir un truc venu d’ailleurs, un Flyer flambant neuf, livré au club sous emballage par son constructeur polonais. Là, je bave « grave » (comme disent… ok vous avez compris !). Coup de chance, le jour de sa première sortie, je suis là sur le bateau, invité par Philippe. Vent quasi inexistant, nous remontons le bras mort à contre-courant, impressionnant ! Je suis également sur Platypus le jour de sa première régate OSIRIS Habtable à Viry Chatillon et nous sommes en bagarre avec Robert Humbert et son Proto. A égalité de points, la victoire nous échappe car Robert gagne la dernière manche ! Ce jour là aussi je n’ai pas pu percer le talent des champions, en contrepartie, le Flyer s’installe bien dans un coin de ma tête…

Mes premiers pas avec le Flyer

Vient la parution d’une annonce d’un Flyer d’occasion, celui de Bertrand Baumann, je n’ai de cesse de relire l’annonce durant l’hiver. Avec la persuasion de Philippe Benaben et Jacques Pottier, je finis par m’en porter acquéreur en avril 2013. Le bateau de Bertrand est magnifique : conception, finitions, rien ne porte à la critique. Son poids est pile dans la jauge. Cette fois, je suis à la barre, quelle douceur, il me faut mesurer mes gestes tant les réactions sont immédiates, mais aussi apprendre à cavaler entre les deux caissons, c’est large ! Dès les premiers bords, je suis en confiance et impressionné par son cap de folie, mais ne me demandez pas les polaires, pour moi c’est du langage de scientifiques…. La position au rappel est très confortable et non réservée aux seuls culturistes, ça tombe bien ! Vent arrière sous spi, c’est une autre histoire surtout quand on connait la stabilité du Microsail à cette allure, là ça roule et je dois dire qu’au début, on est surpris, mais cela se corrige ; il me faudra toutefois un peu de temps pour dresser la bête !

Côté sécurité, après deux beaux départs au tas dans lesquels le Flyer s’est très vite redressé sans bobo, je dois avouer que, malgré son aspect sportif, le bateau est très sûr. Il prouve là son rattachement à la catégorie Croiseur, n’en déplaise aux sceptiques
(il m’arrive de sortir en balade seul à bord).

Bien sûr, au ponton l’habitabilité n’est pas le point fort, mais je reconnais qu’une fois dans la cabine, étonnamment, il y a de l’espace pour dormir à deux correctement, voire trois (rien à voir avec un Proto), mais sans l’assurance de ne pas marcher sur la tête de son équipier pour sortir à l’air libre …

Progression en Flyer

Sans humilité, je dirais que mes équipiers sont bons, que je m’améliore (laissez-moi au moins y croire !), donc le Flyer n’est pas l’unique raison de mes premiers résultats…  Ouais, vous n’êtes pas convaincus !

Alors l’autre version : comment ne pas admettre que le « canote » est bien né, rapide, dynamique mais non volage, fiable parce que bien construit et plus que plaisant, mais qu’il a toutefois un petit défaut : il est quand même bien chargé par Osiris, un groupe 9 pour un Croiseur. C’est cher payé et il faut drôlement cavaler pour distancer suffisamment les Régate et autres Maraudeur dans les petits airs !

Enfin, hasard ou non, notre club intègre depuis peu un troisième Flyer. Les bateaux étant strictement identiques, les compétitions à venir vont sûrement être intéressantes à plus d’un titre : elles devraient nous permettre de savoir où l’on se situe et nous entraîner avant les grands rendez-vous…

Objectif 2015 : taquiner mon chef de file, on peut rêver, non ?

Bonnes régates à tous !

Jean-Jacques Velfringer

PS : Jean-Jacques a taquiné son chef de file en 2015 en remportant la MicroCup à Brest en Croiseur avec Jean-baptiste LEMAIRE et Matthieu LOISELET

FRA37707-zaba0

Share Button