Championnat de France Croiseurs Légers Lac de Cazaux
Du 30 mai à 2 juin 2019
Lac de Cazaux
Classic Tour Classic Tour (coef. 3) - Grade 3
CV Cazaux

BP 102
La Teste de Buch Cedex
33164

05 56 22 91 00

A propos de la régate

A propos du club

Pour la deuxième fois, le Championnat de France Croiseurs légers se déroulait à Cazaux, sur un magnifique plan d’eau apprécié de tous. Après quelques semaines de mauvais temps, nous nous sommes retrouvés sous un Soleil coriace, les pieds dans le sable. Ambiance estival enfin !!!

Les premiers coureurs arrivés le mercredi ont pu profiter d’une météo de rêve avec un thermique variable, mais plus soutenu. Quand à nos hôtes, un peu tendus sur la dernière ligne droite, ils nous permettent d’installer le campement sur place pour déployer le triangle des Bermudes. Dès le mercredi, les premiers irréductibles tombent à pieds joints dans le piège tendu, en toute convivialité désormais traditionnelle avant chaque régate.

Jeudi

Les derniers arrivés passent la jauge sans encombre. Les prévisions météo vont bon train et les locaux annoncent un peu d’Est le matin, suivi d’un vent thermique de Nord Ouest qui ne devrait pas faire défaut avec les chaleurs annoncés. Le midi, au Briefing, le comité nous annonce la couleur et nous partons sur l’eau en espérant que les locaux ne se trompent pas.
1ère manche sous U directement. Le ton est donné et nous nous précipitons pour un rappel général. Enfin partis, les bateaux se croisent et se recroisent en changeant de place entre système ado-refus et recherche de pression. Pas de surprise dans les positions au vent et nous partons sur le parcours annoncé au briefing et à la VHF. Quand aux suivants, ils partent sur le parcours affiché au comité de Course. Aïe, ils avaient oublié de changer l’affichage et la deuxième partie de la flotte, moins habitué aux coutumes, suit l’affichage officiel !!! Annulation de la manche au grand désespoir des premiers de chacun des groupes séparés.

C’est reparti pour un nouveau départ, et nous finissons une première manche dominée par les Flyer, avec Go Fast en premier et El Diablo en troisième. Speedy intercalé nous montre qu’il ne va pas en laissé beaucoup aux autres.
2ème manche, le vent forcit un peu et nous sommes sur un système soit ado refus ou en utilisant les extrêmes, option réservée aux locaux et têtes brulées. Speedy prend un option full droite et croise premier au vent, suivi de Hurle-Vent et de Rellik. Deux proto Europa refaits plus qu’à neuf et démontrent que l’âge de la monture ne fait pas le cavalier, avec un bateau plastique, suivi d’un bateau carbone et d’un bateau en bois moulé. Le Micro demeure une série ou nous pouvons tous faire des exploits, même avec des bateaux trentenaires.
Il est tard (18h30), mais le comité n’en démord pas et envoie une 3ème manche (1/2), on n’est pas venu (que) pour prendre l’apéro. Et là, c’est un festival Flyer Croiser qui devance les autres coureurs avec Platypus en 1er et El Diablo en second, suivi de Hurle-Vent, dans un vent faiblissant. Arrivé à la deuxième remontée, le comité nous renvoie directement au port, il est 20h et le vent commence à faiblir.

Arrivé au port, une agréable surprise nous attend, avec un accueil en fanfare, des tonnes d’huîtres et un petit blanc local qui ravit tous les coureurs. La fanfare nous joue du Eddy Mitchel, puis du Mickael Jackson, puis du Zouk. Tous les styles entrainant y passent. Nous rentrons pour finir la soirée au campement avec une trentaine d’huîtres restant pour le digestif.

Vendredi

Dès le réveil, un petit vent d’Est rempli le lac. Mais ce présage est de mauvaise augure, car le thermique attendu doit se lever à l’opposé : Nord-Ouest. Une petite interview des moniteurs de voile locaux confirme que la journée risque d’être compliquée.
A 9h, la remise des prix provisoire démontre déjà que les Micro ne laisseront pas beaucoup de place aux autres sur les podium, mais au petit jeu de la quatrième manche joker, la roue peut encore tourner.
A 10h, un aperçu à terre est lancé car tant que le vent ne passe pas dans le bon axe, seules des bouffées d’Est pourront un peu traverser le plan d’eau. Sous ce Soleil pesant, nous profitons de ce temps supplémentaire pour partager entre nous tous nos impressions de la veille et manger un bout. Pas de cumulus de beau temps, donc le thermique se laissera désirer.

13h, le comité de course sent que le thermique pourrait se lever et envoie l’ensemble de la flotte sur l’eau pour pouvoir être tous prêts au bon moment. Nous profitons de cette traversée du plan d’eau pour essayer de comprendre les couloirs qui semblent se dessiner sur l’eau. Mais Eole se laisse désirer et le peu de thermique longe la rive, mais rien au milieu. Nous pourrions faire un côtier en suivant la bande de rive, sans intérêt pour la course !!! Les heures passent et chaque équipage rivalise d’imagination pour éviter l’insolation. Certains se baignent et en profite pour frotter les coques, d’autres trempent les pieds dans l’eau et ouvrent les parapluies pour s’abriter du Soleil. Pour nous occuper, nous réalisons un agrément de fortune avec les pagaies et le spi pour réaliser un taud de Soleil.

17h, le thermique se lève enfin et rafraîchit les équipages. Encore une belle bataille sur la ligne de départ, encore un rappel général, puis c’est parti pour un parcours côtier. Liberté s’empêtre dans le bateau viseur et doit en faire le tour et réparer. Il profite de ce « pit stop » pour observer les concurrents vu du dessous et décide de partir à fond à gauche, rien à perdre. Arrivé au vent, les Flyer pointent leur nez en premier, mais Liberté surgit par la gauche loin devant tous le monde !!! L’option droite pour éviter le refus au vent ne bénéficie pas aux coureurs, manque de pression. L’option ado-refus pour les plus sages ne paye pas non plus. Puis, lors du bord de spi, c’est cette fois à droite que ça passe. Les cartes sont redistribuées et Go Fast profite de la layline pour une belle remontée sur le groupe. Puis, le petit train train éloigne les concurrents, bien que certains très proches se battent au reaching puis au largue serré. Les équipages soufrent car les poulies tournent sans cesse pour optimiser les réglages et les singes traversent les bateaux de part en part sans répit. Liberté remporte la manche avec une grande avance, suivi par Rellik qui, fait demi tour in extremis, ayant loupé la porte de sortie. Une erreur qui aurait pu coûter la première place au général à Speedy, talonné par Hurle-Vent.

Après 1h45 de course, tout le monde rentre à terre et se rue sur une bière bien méritée. Quelques verres plus tard, nous observons l’arrivée de Micro Challenger qui finissait enfin son parcours. A 20h30, les hostilités reprennent, mais sous la tante officielle pour la traditionnelle soirée des Micro qui réunit une cinquantaine de coureurs. Chacun est venu avec ses saveurs locales, dont quelques kilos de fromage qui se sont affinés en traversant le pays. La journée du lendemain s’annonçant non ventée, les coureurs en profitent pour hydrater tous ce qu’ils avaient perdus dans la journée, mais à minuit, fatigués, ils ne tardent pas à rejoindre Morphée.

Samedi

Comme prévu, le vent d’Est matinal n’est pas de bon augure. Les résultats provisoires sentent le définitif. Les coureurs en profitent pour échanger leurs impressions, réparer le matériel ou à prolongé une sieste : repos du guerrier. Il fait très chaud et à 13h, après le repas, le comité de course tente d’aller s’aérer sur l’eau. Seul le vent apparent formé par le moteur permet de prendre l’air. Dernier départ prévu à 16h. Mais il va falloir rejoindre le plan d’eau. A 15h, le comité de course prend la décision d’annuler les courses du jour et tous se précipitent pour ranger les bateaux, bien que nous ayons le temps de ranger et prendre une douche. Embouteillage habituel à la grue et au démâtage de 80 bateaux.

19h, remise des prix. 5 places de podium squattées par les Micro, mais cette année, nous laissons échapper une médaille d’or en R1 pour un J22 qui dispose à son bord d’un équipage semi pro. 20h, le traditionnel repas des équipages permet une dernière fois de se retrouver et de partager. Tout le monde est fatigué et pense au retour et à 23h, c’est bouclé. Il faudra partir de bonheur pour éviter les bouchons… Peine perdue car certains mettent deux fois plus de temps au retour qu’à l’aller. Nous restons chaque minute en contact grâce aux réseaux sociaux et Platypus demande de l’aide à distance pour réparer sa remorque cassée.

Côté résultats, Speedy finit premier à 1 point de Hurle-Vent. Rellik finit 3ème avec son Europa en bois.
A la 4ème position, El Diablo sauve l’honneur des Flyer suivit par Liberté qui profite de sa magnifique manche lors du côtier, suivi par Platypus.

L’accueil du club a tenu sa réputation, orchestré de main de maître par son président.
L’ensemble du corps arbitral a pu montrer qu’il était possible de juger et d’y associer une approche pédagogique.

Share Button

Got something to say?