L’Euro Micro et la Micro Ile de France renouent avec la réussite

Euro Micro Paris à Lavacourt ASM
Du samedi 20 à 22 avril 2019
Lac de Lavacourt
Classic Tour Classic Tour (coef. 3) Micro IMCCA - Grade 5A
AS Mantaise Voile
Patrick Jalut

Base de Loisirs des Boucles de Seine Route de Mousseaux
78840 Moisson
Lavacourt - 78

06 11 57 41 30

A propos de la régate

A propos du club

22 Micro s’étaient donnés rendez-vous à Lavacourt pour l’Euro Micro Paris à Pâques et profiter de trois jours de météo de rêve. Les étrangers ont répondu présent depuis la Russie ou l’Allemagne, mais aussi les meilleurs équipages venus des 5 coins de France.

Depuis 2013, les meilleurs équipages européens avaient délaissé les Euro Micro en France. De même, les bateaux français ne se déplaçaient plus en nombre en Ile de France, repoussés par les navigations sur la Seine. Mais c’était sans compter l’édition 2019 de l’Européenne Micro qui a su canaliser l’envie des équipages sur une édition commune ambitieuse avec l’Euro Micro Paris.

 

L’AS Mantaise, sous l’impulsion de Bruno Cirou, a montré son efficacité et ses talents d’accueil. Et Bruno, arpentait depuis des mois les régates TDF Micro pour inviter ses concurrents sur l’eau à rejoindre ce beau rassemblement d’ouverture de saison. Les négociations au ti punch furent menées de longue allène, et débauchant, à chaque repas des équipages, de nouveaux paroissiens, empressés d’y découvrir l’ambiance.

Dès le vendredi soir, les équipages se rejoignent au bord du plan d’eau pour préparer les bateaux et profiter de la première soirée. Une longue soirée commence, digne des sermons prodigués par notre hôte au cours de la saison précédente, les équipages partagent leurs victuailles et leurs récits d’hivernage, préparation de bateaux et d’équipages. La tireuse coule à flot et les fûts se succèdent. Bien plus tard, motivés par le week-end qui s’annonce, chacun quitte la soirée en s’entrainant à tirer des bords vers sa chambre. Chambres réservées sur place, ou camping juste à côté, le retour est sans danger, grâce aux infrastructures d’accueil de l’Île de Loisirs des Boucles de Seine.

Samedi

Samedi matin, pas de vent sur le lac, mais le Soleil est au rendez-vous pour préparer les bateaux et les mettre à l’eau.
Le comité de course rassemble ses troupes pour organiser les parcours, et recueille les attentes du Club organisateur et de la classe Micro.

A partir de 11h, le vent rempli le lac et une jolie brise finit par se lever et accueillir les premiers sur l’eau avec une dizaine de Noeuds.
Dès 13h00, le parcours est mouillé et tout le monde peut tester la zone de course.

13h59, premier signal d’attention. Nous partons pour deux tours banane sous une météo de rêve et quelques surventes localisées animent le classement préétabli. Speedy mène la danse à la bouée au vent, suivi par Pallada, Hurle-Vent et El Diablo qui surgit de l’autre côté du plan d’eau au bénéfice d’une risée adonnante, la bouée étant déventée par les arbres sur la côte un peu proche.
Mais déjà, le bord de vent arrière se montre décisif. Dès la sortie de la Dog Leg, il était essentiel de trouver la première bouffée pour se sortir de la zone de dévent. Au petit jeu des zones de risées à aller chercher, la première descente redistribue les cartes et Speedy se fait rattraper par ces trois poursuivants.

Hurle-Vent, avec son excellente vitesse, s’envole en sortie de bouée avec la risée, laissant ses trois concurrents se contraindre à de mauvaises options entre eux pendant un tour, et ne pas réussir à se départager jusqu’à l’arrivée.
Speedy tente de s’intercaler entre El Diablo et Pallada sur la ligne d’arrivée, mais sans compter que ses concurrents ne lui laisseraient pas la place et écope d’un DSQ sur la ligne, laissant la 4ème place à Go-Fast.

Les 38 minutes de la première course ont bien mis en jambe les concurrents et les langues se sont déliées à l’approche des bouées. Mais pas question de se restaurer longuement, juste le temps de remouiller les bouées au vent dans l’axe, le vent ayant tourné un peu à droite.

14h59, deuxième signal d’attention. Cette fois, c’est Pallada qui s’envole seul en tête dès la première remontée et Liberté bénéficie d’une belle option à droite, talonné par Speedy et Hurle-Vent. C’est au petit jeu de la traversée au vent arrière que Hurle-Vent sort à nouveau son épingle du jeu et Liberté s’enferme au bord du plan d’eau dans une sous vente, laissant à Speddy la 3ème place, après 38 minutes de course.
Le comité rallonge alors le parcours pour se rapprocher à nouveau du temps cible.

 

La troisième manche commence par un rappel général, directement sanctionné par un pavillon noir qui calme les esprits. 16h13, la 3ème manche est lancée, chacun prenant ses précautions. C’est cette fois-ci Liberté II qui bénéficié de la meilleure remontée.
Le vent est à son plus fort avec quelques bourrasques d’une quinzaine de Noeuds qui déstabilise les moins aguerris. En effet, l’AS Mantaise et le CV Dennemont avait réuni un maximum de concurrents en prenant soin d’en équilibrer le niveau.
Mais la bataille se concrétise entre El Diablo, Hurle-Vent, suivis par Speedy et Liberté II. S’échappant avec sa vitesse et ses bonnes options au portant, Hurle-Vent finit largement en tête en 42 minutes.

17h14, quatrième signal d’attention, suivi du P. Le comité a raison de nous faire confiance pour le départ, d’autant plus que le vent mollit à cet instant. C’est alors Pallada qui s’envole à nouveau, suivi par El Diablo, Liberté et Speedy. Hurle-Vent, bloqué au départ, entame une remontée au classement qui se concrétise encore une fois sur les bonnes options au portant, glissant à gauche sur les deux tours alors que l’option n’avait pas fait ses preuves toute la journée. Quelques heurts aux passages de bouée mériteront des explications derrière une bière.
El Diablo finit 2ème derrière Pallada loin devant, suivis par Hurle-Vent, Liberté et Speedy.
Le vent ayant montré quelques faiblesses sur cette manche de 44 minutes, le comité renvoie les concurrents à terre en attendant les derniers. Le podium s’annonce déjà pré établi avec la régularité des deux premiers Proto l’Arté, mais juste derrière, les bonnes manches et les bâches se succèdent, ce qui laisse les jeux ouverts et serrés pour le lendemain sur la 3ème marche du podium.

 

Une bonne bière s’impose, bien méritée après une journée passée sous le Soleil, mais aérée par un bon vent soutenu.
Il est l’heure d’échanger les impressions de la journée et de délier les gosiers. « A la manche x, ça passait au premier tour à gauche, puis à droite, et au deuxième tour à droite, puis à gauche ». La lecture du plan d’eau se fait dans l’instant et aucune règle ne s’est imposée, à part les options extrêmes qui semblaient parfois marcher, mais casse pipe au deuxième passage.
Une petite douche rapide, étant logés sur place et c’est parti pour l’apéro et repas toujours à la bonne franquette. Au menu, grillades, jambon à l’os, roue de Brie de Meaux, salades diverses, et breuvages de tous horizons.
Les réserves liquides s’éventent au fil des discutions, et il n’est plus temps de s’éterniser. Les équipages quittent plus tôt la soirée, repus de leur journée de navigation et l’enjeu du lendemain.

Dimanche

Aïe, même météo que la veille au réveil : pétole. Les locaux ne s’affolent pas et nous annoncent l’arrivée du vent pour 11h.
Le comité lance un aperçu à terre, puis envoie les bateaux sur l’eau le temps que le vent s’établisse.
Promesses locales tenues, les prévisions sont toujours aussi bonnes que la veille, bien que un peu moins fortes.

Une 1/2 heure pour tester et arpenter le plan d’eau, nous retrouvons la direction d’hier en fin de journée, mais des bouffées de droite donnent l’impression d’un coup à jouer le long des arbres, à droite, et bénéficier des surventes et des adonnantes.

11h58, c’est parti pour le premier signal d’attention pour une 5ème manche et 38 minutes de course. Liberté s’engouffre dans l’option droite, bénéfice partagé par ceux qui avaient décidé de passer plus à gauche, mais ouvre la marche. Au portant, l’empannage direct s’impose toute la journée pour se dégager du dévent de la Dog Leg. Puis, la lecture des risées à venir impose des traversées du plan d’eau au bon moment. Hurle-Vent s’engouffre à nouveau dans ce petit jeu de l’empannage successif et sort à nouveau premier sous le vent, distançant définitivement ses adversaires. Speedy reprend la 2ème place à Liberté, qui cède aussi sous la pression de Pallada quiest revenu de loin.

12h55, 6ème manche de 43 minutes. Le départ subit une sous vente avec une bascule à gauche qui profite aux bateaux isolés sous le vent. Pallada, Liberté et El Diablo se tirent la bourre en tête et Hurle-Vent tricote pour s’extirper de sa première remontée au vent, en milieu de flotte.
Même bouée, même punition. La pression qui longeait la plage la veille subit de fortes sous ventes qui pénalisent les bateaux qui déroulent les conseils de la veille pris à l’apéro. Hurle-Vent tire autant de bords au portant qu’au près et remonte à nouveau à la première place, suivi par Pallada, Liberté et El Diablo.
Le vent montrant parfois de premières faiblesses, le parcours est légèrement raccourci et décalé sur la droite pour rester dans l’axe du vent.

 

Pour la 7ème manche, le premier départ perturbé par une bascule et entraine un rappel général, suivi d’une seconde procédure sous P. La bataille fait rage au comité et un deuxième rappel général entrainera cette fois un pavillon noir. Le départ est donné à 14h14, 7ème manche de 38 minutes de course.
Là, c’est El Diablo qui arrive le premier au vent et bénéficie d’une risée pour s’envoler loin devant les Proto qui le poursuivent, englués dans la dévente. Hurle-Vent tricote à nouveau par la gauche et une risée de droite donne la faveur à Liberté II venant d’une option par le bois à droite, suivi par Cinota et Pallada. El Diablo a déjà presque la moitié du bord d’avance et tente de la conserver.
L’option droite n’étant pas favorable à la deuxième remontée, c’est encore Hurle-Vent qui sort ces concurrents et tente sans y parvenir de rattraper son important retard sur le Flyer Croiseur. Liberté II intercale un point supplémentaire entre Pallada et Hurle-Vent, et désormais la première place est assurée.
La bouée sous le vent est remontée un peu pour s’adapter au vent entre 5 et 10 Noeuds, qui tombe parfois et renait aussi vite avec une petite bise.

8ème manche à 15h13 pour 36 minutes de course. Alisa, un Go Neptune, part à fond à gauche et arrive premier au vent. Et quand à Tyrex il sort premier de l’option à droite, suivi par Speedy, Pallada qui sont restés centrés.
Tirex empanne le premier pour continuer sur sa lancée à droite et laisse ses concurrents partir à gauche. Loin derrière, Hurle-Vent à tout tiré à l’envers et se retrouve au milieu des Régates et Croiseurs, mais se dégage rapidement avec l’empannage à la Dog Leg. La fameuse risée de droite continue à agir isolée et Hurle-Vent, talonné par Go Fast, suivent Tyrex à bonne allure alors que le reste de la flotte n’accroche pas l’ascenseur. 8 minutes plus tard, Tyrex passe sous le vent en tête, suivi par Hurle-Vent et Pallada qui avait recoupé le plan d’eau pour s’extirper de la calmasse.
Le dinosaure ne résiste pas aux deux portes avions modernes lancés à sa poursuite et retourne chercher son gain à droite, le vent y étant très instable en bas du parcours. Pallada et Hurle-Vent, plus rapides, enchainent les virements, contrôles, couverture, tribords, abattées pour passer derrière, décalages pour tirer parti d’une risée ou d’une adonnante. Speedy les suit et remonte Tyrex, suivi de Go-Fast.

9ème manche à 16h27 pour 36 minutes de course. Le vent faibli par moment et le parcours est raccourcit sous le vent.
Elisa réitère son départ au viseur et se retrouve en tête à l’approche de la bouée. Pallada, qui a pris un bon départ, arrive premier au vent. Liberté, Speedy, Go-Fast et Hurle-Vent sont dans le coup.
L’empannage à la Dog Leg commence à s’imposer pour les premiers, en filant sur la droite du plan d’eau. Pallada la suit, ayant compris la leçon. Mais à la dernière descente, le vent faibli, et l’option droite ne paye plus en bas. Pallada, qui n’a pas senti la risée à gauche, voit le paquet de poursuivant le déposer. C’est Hurle-Vent qui en traversant le premier le plan d’eau prend définitivement la tête devant Go-Fast, Liberté et Speedy.
Le vent montrant des faiblesses et pouvant faire durer la manche pour les derniers, l’aperçu sur A(péro) est lancé par le comité de course.

Sur Hurle-Vent, ce sont les bords de portant qui ont été les plus décisifs. Anticiper les risées et leurs couloirs, ne pas hésiter à traverser pour aller les chercher et enchaîner les empannages, puis glisser dedans pour conserver le plus longtemps sa vitesse, tout en sachant ne pas s’enfermer dans une option trop extrême. Nous finissons par trouver nos bonnes positions et avec un peu de contre gite, le bateau accélère rapidement.
Quand au près, avec une bonne vitesse, de grosses accélérations à chacune des risées et de bonnes relances, les choses sont facile pour prendre des décisions et se refaire dans des airs un peu perturbés. Le L’Arté est confortable et rassurant, mais exigeant sur l’assiette du bateau. Nous nous amusons à faire rouler la bille du gitomètre entre -3 et +3°, ce qui est assez éprouvant pour les rotules du singe à bord…

Et c’est parti pour une bière salvatrice, puis des échanges entre tous les équipages réunis devant la tireuse.
Au détour d’une conversation, le jury tend l’oreille et nous voilà parti sur le tableau noir pour plaider une anicroche sur l’eau, en présence de l’ensemble des protagonistes. Les explications de la situation sont animées, présidé par le jury qui nous écoute et laisse chacun s’exprimer. Puis, la sentence pédagogie tombe et le jury déploie ses arguments jusqu’à ce que chacun ait bien compris les règles impliquées. La tireuse finit par refroidir les esprits. L’esprit Micro limite les jaunisses sur le tapis vert, mais se tapisse avec un verre de jaune. Nous aurions tant à gagner si le jury pouvait nous départager sans nous sanctionner, les règles et les cas étant complexes.

Et c’est parti pour l’apéro officiel offert par le Club de l’AS Mantaise.
Les bénévoles qui s’étaient déjà illustrés les jours précédents s’affairent tel une ruche qui éparpille son pollen. Petits fours, ti punch et bonnes rigolades sur la terrasse. Les conversations se mélangent au grès des déplacement vers le buffet et l’esprit de communion pascale nous envahi, esprits libres par une bonne fatigue de la journée et pour les enjeux de la régate qui s’annonce courte le lendemain à cause de la météo.
Bouchées à la Reine, Canard laqué, Brie et tarte au pomme, le club nous a prévu un vrai repas de communion.
Et la messe est dite avec l’orchestre (Max et les Kumpelkettes) qui profite de relancer la soirée en fin de repas. Les bénévoles du club, après 5 manches sur l’eau et le non stop de l’organisation, se défoulent sur le dance floor.
Extinction des feux vers minuit, tout le monde étant bien rincé de toute part après une journée intense, chaude en émotions.

Lundi

Les équipages ont pris le pli du réveil et se retrouvent à la cafet à partir de 8h pour le petit dej. Moment opportun pour saluer Paule-Marie, Comité de Course et Régis, responsable de la base. Les prévisions météo vont bon train et aucun modèle ne nous annonce un brin d’air, à moins de tourner aussitôt de 90° et de ne pas tenir. La journée semble pliée et avec 9 manches courues, le classement ne pouvait plus beaucoup changer. Les équipages en profitent pour bricoler, et/ou discuter entre eux encore une fois.

11h30, c’est fini, on peut ranger et on pourra éviter les grands retours sur Paris pour le week-end. Tout le monde est heureux de son week-end, du temps passé sur l’eau, mais aussi de tous ces moments de convivialité partagés entre tous.

14h30, la remise des prix. Il fait très chaud et lourd.
Les résultats sont proclamés et les lots distribués. Pour commencer, chacun repart avec un polo de la compétition, parfait pour la navigation et quelques petits accessoires utiles à la navigation (réglettes de mesure, …). Les étrangers reçoivent quelques mets locaux en complément, pour leur faire profiter de notre patrimoine gastronomique. Et pour finir, le grand tirage au sort avec un bon d’achat de 400€ chez Huari Voile, voilier spécialiste du Micro, un aspirateur, …
La fête se finit par de petits fours et la traditionnelle photo de groupe de Wilma Wilms.

Avec deux Proto L’Arté devant, Hurle-Vent s’impose et le Russe Pallada a le double de points.
El Diablo, avec son Flyer Croiseur, récupère la 3ème place avec 1 manche de 1 et 3 manches de 2.
4ème, Speedy, Proto Europa.
5ème Liberté, Proto Lucas.
6ème et 1er Régate, Go Fast, Flyer Régate.
7ème Tyrex, Proto Europa,
8ème Ola, Flyer Croiseur,
9ème Liberté II, Proto Lucas,
10ème Cinota, Proto Winjammer,
11ème Somnium, Flyer Croiseur,
12ème San Nicole, Proto Shanta, Allemagne
… 22 classés.

C’est le temps des au revoir et des remerciements et débriefing avec l’AS Mantaise.
Bravo et merci à Bruno qui sans sa fougue et son investissement, ce rassemblement n’aurait pas eu lieu.
Mais aussi un grand bravo à Patrick, président du Club, qui a su organiser aux petits soins l’accueil de chacun et canaliser la fougue.
Et l’ensemble des bénévoles du club, la Somnium sailing team et les Somniumettes qui nous ont permis de nous sentir comme à la maison alors qu’ils n’étaient pas eux-même dans leur propre club.
Nous avons aussi bénéficié d’un très bon accueil sur la base, et en particulier par les membres du centre nautique avec Régis aux commandes, allant jusqu’à poster les photos de la régate sur les réseaux avant notre retour à terre.
Merci aussi au soutien du club de Dennemont qui a su monter des équipage pour compléter les effectifs.
Et cette fête à été parfaitement rythmé par Paule-Marie, le Comité de Course, tant à terre pour nous envoyer au bon moment et ses explications, que sur l’eau, pour avoir enchainé proprement 9 manches en 10h dans des conditions assez variables.

Merci aux photographes Wilma Wilms, Régis Saintier et Nat Benhatta.

© Wilma Wilms

Share Button

Got something to say?